Capucine LH

 

Cat_ParJordan_8_FULL

Capucine Lafait-Hémard

Exploratrice de la voix, coach en maïeutique vocale, passeuse-chanteuse

Je chante depuis toujours et commence à travailler ma voix dès l’adolescence. Je reçois les enseignements précieux de Martina A. Catella (Les Glottes), Marie-Jeanne Rodière, Jean-Yves Pénafiel avec lequel je découvre le pouvoir de l’improvisation, Gilles Pesnot et plus ponctuellement auprès de Christophe Boyer. Après une première vie dans la réalisation de films documentaires, je réalise que la voix  et la musique sont ma voie et je décide de m’y consacrer totalement depuis 2013. 

Passée par le classique, le jazz et les Chants du Monde, je m’engage dans la musique folk et l’improvisation en tant qu’auteure-compositrice-interprète en solo guitare-voix. Je compose pour le cinéma (« Sot(t)e », moyen métrage de Sylvie Gautier, 2018).

J’introduis peu à peu le Chant Spontané, accompagnée de mon tambour chamanique, dans les concerts et récitals que je donne à Paris, en province et à l’étranger (L’Entrepôt, Bibliothèque du 5ème, Festival Blues en Loire, Le Carrouège, Country Club Santa Rosa, Coffee Catz California…). Je chante régulièrement pour les patients en hôpital et bientôt en unité de soin palliatif où j’ai été visiteuse bénévole pendant deux ans. 

Je deviens en chantant

Très inspirée par les chants traditionnels des Indiens Lakota et par ma pratique du chamanisme depuis 2009, j’explore ma voix entre très aigus et très graves notamment avec le Chant de Gorge inuit. J’ai à coeur de donner voix à la Femme Sauvage en moi et d’accompagner les femmes, mes soeurs, dans l’expression de cette dimension essentielle qui réside en chacune de nous. Le chemin que je suivais de manière inconsciente depuis mon adolescence devient clair et limpide : pour moi la voix permet de (re)contacter et de réinvestir son pouvoir personnel, une voie puissante d’épanouissement et d’évolution que je souhaite servir au quotidien. 

Nous sommes tous des chanteurs

Suivant mon élan, je commence donc en 2017 à accompagner hommes et femmes dans l’exploration de leur voix à travers le Chant Spontané. Depuis j’anime chaque weekend deux ateliers de Chant Spontané à Paris, l’un réservé aux femmes et l’autre ouvert à tous. Une pratique ludique et de co-création spontanée où l’on se jette à l’eau à chaque expire, sans idée de performance ni de résultat, dans une écoute subtile de soi, des autres et de la vie autour. En inspirant les autres et en s’inspirant d’eux tour à tour, les voix se rencontrent et se mêlent, laissant émerger parfois la dissonance et souvent l’harmonie, dans un jeu perpétuel d’écoute et d’audace. La voix qui se libère fait jaillir la vitalité, le lien, la joie.

Soutenir la naissance, accompagner la mort

J’accompagne à travers ma voix, à distance pour le moment, les deux passages : accouchement et fin de vie. Je me ressens profondément comme une chanteuse-passeuse. Je rêve d’un monde où accompagner en chantant, les femmes qui accouchent et les personnes qui meurent, serait mon quotidien. 

A 25 ans, bénévole en unité de soins palliatifs, je me trouve dans la chambre d’une femme en fin de vie, inconsciente déjà. J’avais senti que ma présence était bienvenue, j’avais poussé la porte, je m’étais assise à son chevet dans la pénombre. J’avais commencé à chanter tout bas,  une berceuse murmurée que j’improvisais à tâtons, pour me rassurer car sa respiration difficile m’impressionnait un peu et pour apporter de l’apaisement. Puis son souffle s’était calmé peu à peu et ma voix s’était étoffée. Puis elle s’était tue. J’étais comme suspendue, suspendue à mon chant et à son silence. Un silence si plein, quand la vie s’était retiré d’elle, qu’elle avait quitté son corps et que je restais là. J’accueillais chaque seconde, je voulais faire durer ce moment si précieux. Je voulais protéger l’obscurité, le silence, prolonger le recueillement, autant que possible. Une machine avait commencé à bipper. J’étais allée prévenir les soignants. J’étais rentrée chez moi, en serrant son silence si plein de vie contre mon coeur, comme un cadeau qui ne me quitterait pas.  

Je me suis également formée au Yoga de pleine conscience avec Gemma Mallol; au Chi Nei Tsang (massage de guérison taoïste du ventre) avec Gilles Marin; au Voyage Chamanique, soins de guérison (et Reiki Traditionnel) avec Valérie Tardy. Je suis les enseignements de Markus Wider en France et Verlinda Montoya Mato Winyan en Californie pour la tradition amérindienne (Red Road).

Pour me contactercapucinelahe@gmail.com  — 06 64 36 05 78